Analyse des risques

    Utilisation systématique d'informations pour identifier les phénomènes dangereux et pour estimer le risque [en découlant, ndlr]
      [Guide ISO/CEI sur la terminologie du management du risque]

Suite à des réflexions sur la proportionnalité dans les études de dangers, l'INERIS développe des guides visant à faciliter la rédaction ou l’instruction des études de dangers pour différents secteurs d’activité. Ce guide concerne les réfrigérations fonctionnant avec l’ammoniac comme fluide frigorigène.
Le guide présente des informations sur l’état de l’art, les phénomènes dangereux et accidents majeurs à considérer, les distances d’effets types, les probabilités types des événements…. Les différents volets de l’étude de dangers pourront s’appuyer sur des éléments développés dans le guide.
Il comporte aussi des informations sur les bonnes pratiques de conception et de maîtrise de risque. Ces informations visent à faciliter la mise en œuvre et l’inspection de ces mesures et à améliorer ainsi la maitrise du risque.

Ce rapport INERIS publié en 2003 présente le retour d'expérience d'un épisode pluvieux exceptionnel qui s'est produit le sud-est de la France les 8 et 9 septembre 2002 et qui a impacté plusieurs sites industriels. Les informations concernant les dommages aux équipements industriels et la gestion de crise ont été collectées lors d'entretiens avec les responsables des sites concernées et avec les autorités compétentes.
Cette analyse est complétée par quelques éléments concernant un accident, survenu trois mois plus tard, le 25 novembre 2002, à la raffinerie SAMIR de Mohammedia au Maroc et ayant pour origine une inondation également consécutive à une épisode pluvieux intense.

Cette fiche publiée par le BARPI en 2005 présente l'analyse de cinq accidents engendrés par des inondations dans les régions PACA et Languedoc Roussillon sur une période de 10 ans. La fiche détaille les conséquences ainsi que les suites données à chaque accident, puis conclut sur les principaux enseignements tirés de ce retour d'expérience.

Ce document présente une méthode élaborée par l'INERIS pour estimer de manière simplifiée la gravité des conséquences environnementales d'un accident industriel. Le score obtenu a vocation à alimenter une démarche volontaire de prévention des risques au sein de sites industriels.

La méthode MOSAR, Méthode Organisée Systémique d’Analyse de Risques, développée au CEA [PERILHON 2003], est une méthode intégrée qui permet d'analyser les risques sur un site de manière progressive.

    Cette méthode repose sur le modèle MADS (Méthodologie d’Analyse du Dysfonctionnement des Systèmes). Celui-ci représente le processus de danger, c’est à dire la libération d’un flux de danger par un système source sous l’effet d’un événement initiateur interne ou externe et l’impact de ce flux sur une cible, qui peut elle-même devenir système source de danger pour un processus équivalent.
      La méthode MOSAR met particulièrement l’accent sur l’enchaînement des processus de danger entre systèmes composant une installation, donc elle est particulièrement adaptée à l’étude des synergies d’accident ou des effets domino.

The scope of this document is to describe a method inspired from the guide "Omega 10 - Method for evaluating technical safety barriers (French) applied to human safety barriers and evaluate their performance. Both approaches thus present some similarities. Usng both of them allows to evaluate the whole architecture dedicated to safety of industrial plants. The report is the second version of the document and was based on the first Ω20 report dated December 2006.

L'objectif du présent document est de proposer une démarche s’inspirant de celle développée dans le rapport oméga 10 (démarche d'évaluation des barrières techniques de sécurité) appliquée aux barrières humaines de sécurité et d'évaluer leur performances. Les deux démarches présentent ainsi des similitudes utiles sur un plan pédagogique et leur application conjointe permet d'évaluer l'ensemble de l'architecture dédiée à la sécurité sur des installations industrielles. Ce rapport est la seconde version du document et a été rédigé sur la base du premier rapport oméga 20 daté de décembre 2006.

Méthodes d'analyse des risques générés par une installation industrielle

    Ce rapport présente quelques-uns des outils permettant d'identifier a priori les risques générés par les installations industrielles. Par rapport à la version de 2001, la présente version intègre des compléments relatifs aux méthodes intégrées d'analyse des risques. Elle tient compte aussi des évolutions réglementaires et de l'évolution de la pratique de l'INERIS en matière de méthodes d'analyse de risques dans les études de dangers.

Le présent rapport Omega 9 décline une démarche complète et pragmatique tout en affirmant certains principes qui doivent prévaloir lors de la réalisation d’une étude de dangers pour répondre aux exigences règlementaires françaises, notamment :

- au niveau de l’analyse de risques ; en appliquant les principes de proportionnalité, en intégrant le retour d’expérience et en adaptant l’analyse au fonctionnement et contraintes réels du site étudié,
- au niveau de la démonstration de la maîtrise des risques ; en appliquant des méthodes rigoureuses pour la détermination de la gravité des conséquences et de la probabilité d’occurrence des accidents majeurs potentiels.

Cette étude fournit, quand nécessaire, les informations utiles à la maîtrise de l’urbanisation, à la préparation aux situations d’urgences ainsi qu’à l’information du public.

Ce rapport, publié par le BARPI en 2013, constitue un panorama complet des accidents industriels engendrés au Japon par le séisme du 11 juin 2011 et le tsunami provoqué. Ce rapport intègre notamment les éléments collectés lors d'une mission spécifique NaTech de la Direction Générale de la Prévention de Risques en novembre 2011 . Les conséquences sur les installations industrielles sont présentées par secteur d'activité. Un chapitre du rapport est dédié à la gestion des déchets et des pollutions engendrés. Dix enseignements tirés de cette catastrophe sont donnés en conclusion.