Outils


Créés par la loi risques du 30 juillet 2003, les Plans de Prévention des Risques Technologiques (PPRT) définissent une stratégie de maîtrise des risques sur les territoires accueillant des sites industriels à risques. Combinant réduction des risques à la source, réglementation de l'urbanisation et des constructions, mesures foncières pouvant aller jusqu'à l'expropriation, ces plans sont des leviers puissants pour l'action publique.

La complexité technique du sujet et l'importance des enjeux de sécurité, de développement et d'aménagement des territoires redent nécessaire une appropriation de la démarche par tous les acteurs : les services de l'Etat, les industriels, les collectivités territoriales, les gestionnaires d'établissements publics, les gestionnaires d'infrastructures de transport, les associations, les riverains...

Pour que chacun puisse mieux participer aux importants chantiers en cours, ce document interactif présente les concepts, les méthodes d'élaboration, la mise en oeuvre des PPRT et le rôle des acteurs à chaque étape du processus.

SIGALEA®, développé par l’INERIS, est un outil d’analyse et de cartographie des aléas technologiques. Utilisé dans le cadre de l'élaboration réglementaire des PPRT par l'inspection des installations classées pour réaliser la cartographie des aléas, SIGALEA® et ses différents modules (géo-localisation des phénomènes dangereux, cartographie du zonage des effets des phénomènes dangereux, caractérisation des aléas technologiques) offrent de multiples possibilités d’aide à la décision dans le domaine des risques technologiques.

La méthode Multi-Energie a été développée par le TNO Prins Maurits Laboratory (V.d. Berg, 1984, V.d. Berg et al., 1991 et Wingerden et al., 1990).

La méthode multi-énergie permet de calculer les effets de surpression engendrés par une explosion de gaz en tenant compte de l'influence des obstacles sur la propagation de la flamme.
Les principes de base sur lesquels repose cette méthode sont directement inspirés des mécanismes qui gouvernent le déroulement des explosions de gaz. Ainsi, pour comprendre la méthode Multi-Energie, il convient tout d’abord de garder à l’esprit qu’une explosion de gaz n'est susceptible d'engendrer de fortes surpressions que si :
− les flammes atteignent une vitesse de propagation importante (plusieurs dizaines de m/s),
− ou si les gaz sont confinés par des parois solides.
En fait, le « concept Multi-Energie » diffère des méthodes classiques en ce sens qu'une explosion de gaz n'est plus considérée comme une entité mais éventuellement comme un ensemble « d'explosions élémentaires » se déroulant chacune dans les diverses zones qui composent le nuage explosible.

La méthode multi-énergie est décrite dans le référentiel Omega UVCE ou encore dans le Guide des méthodes d'évaluation des effets d'une explosion de gaz à air libre (Mouilleau, Lechaudel, 1999).

BLEVE INERIS L'outil BLEVE permet de calculer des distances d'effets thermiques et d'effets de surpression résultant du BLEVE d’un réservoir de butane, propane ou propylène. Il est basé sur le modèle de Shield pour les effets thermiques et sur un modèle d'éclatement pour les effets de surpression. Il est important de noter que l'adoption du modèle de surpression par l'INERIS s'est faite dans le courant de l'année 2005 suite à une étude bibliographique qui a confirmé sa meilleure adéquation au phénomène étudié que les modèles anciennement utilisés. Il est basé sur les modèles décrits dans le rapport Oméga 5 pour les effets thermiques et sur les modèles décrits dans le rapport Oméga 15 sur l'éclatement de réservoir pour le calcul des surpressions. 
Cet outil est désormais accessible à toute personne disposant d'un compte sur PRIMARISK.

Le rapport décrit un outil de simulation développé par l'INERIS pour simuler les effets des explosions de poussières.

Le logiciel EFFEX permet de simuler le développement d'une explosion à l'intérieur d'une enceinte en tenant compte :
- de la présence éventuelle d'ouvertures permanentes,
- de l'éclatement d'une ou plusieurs parois,
- de la projection progressive des fragments de ces parois.
Les résultats finaux sont l'évolution de la surpression interne en fonction du temps et les caractéristiques de la trajectoire des fragments.